Nourrir les oiseaux : un acte de bonté pour nous élever spirituellement

Est-ce qu’un geste aussi simple que nourrir les oiseaux peut nous faire progresser spirituellement?  Installer des mangeoires et nourrir les oiseaux, est-ce s’identifier à Dieu?

Dans notre évolution spirituelle, la compassion est une des aptitudes essentielles à acquérir.  Sommairement, le dictionnaire Larousse définit la compassion comme un : « Sentiment de pitié qui nous rend sensible aux malheurs d’autrui. » Plus spécifiquement, le mot compassion est issu du latin : cum patior,  ces deux mots se traduisant directement par « avec-passion » et signifient « je souffre avec ».  La compassion se définit ainsi comme « une vertu par laquelle un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d’autrui, et poussé à y remédier ».

woodpecker-1243254_640Pour évoluer spirituellement, il est important de laisser, jour après jour, plus de place à notre compassion, cela non seulement en éprouvant de l’empathie envers autrui, mais surtout en posant des actions propre à remédier à la souffrance autour de nous.  Dans la réalité de notre quotidien les occasions de poser de tels gestes sont cependant peu communes. Or, développer notre compassion sans exercer sur le plan matériel des actions compatissantes, c’est exactement comme vouloir développer sa musculature sans faire régulièrement de l’exercice.

Bien sûr, chacun pourrait, n’importe quel jour, quitter son domicile et aller visiter des vieillards solitaires dans des hospices, ou bien aller se promener au centre-ville pour faire l’aumône à des sans-abris et les réconforter par un peu d’écoute. Malgré cela, dans la réalité, peu d’entre nous osent s’engager dans de tels déplacements hors de leurs routines quotidiennes.  Plus près de nous, dans nos familles et nos voisinages, il ne se passe pas une journée sans qu’un proche ne souffre et qu’il puisse bénéficier d’un geste compatissant.  Cependant, il nous est parfois difficile de reconnaître cette souffrance et, surtout, d’identifier le geste pouvant remédier à celle-ci. Il nous arrive donc rarement de nous exercer quotidiennement, -à tous les jours! à poser des actions de compassion, ce qui, pourtant, développerait en nous cette capacité spirituelle.

Heureusement, il existe autour de nous une multitude d’occasions quotidiennes de poser de petits gestes de compassion, même si cela n’est pas envers nos semblables, les humains.  En effet, le monde animal en est un dans lequel la souffrance existe aussi et où il est possible de poser plusieurs actions de compassion. S’ils ne doivent pas constituer hummingbird-2677244_640une finalité en soi, ces petits gestes quotidiens n’en sont pas moins une occasion de développer sa compassion, donc de croitre spirituellement.  Après tout, comme on le lit dans l’Évangile selon St-Mathieu : « Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. »

En plus de pouvoir venir en aide à des chiens ou chats délaissés, le plus facile de ces gestes envers les animaux est sans contredit de nourrir des oiseaux. Il nous est d’autant plus facile de poser cet acte de compassion quotidiennement envers les oiseaux que ceux-ci se déplaceront chaque jour pour venir jusque dans nos cours et sur nos balcons, ce qui nous laisse peu d’excuses pour ne pas agir.  Qui plus est, ces créatures du ciel se contentant de peu il n’est pas besoin de dépenser beaucoup pour leur fournir ne serait-ce que quelques miettes de pain.

Est-ce que nourrir des oiseaux st_francoisest une activité louable spirituellement?  Il suffit de penser que St-François-d’Assise, l’un des saints les plus influents de la chrétienté, chérissait les oiseaux pour se convaincre que les gestes posés envers ces petites créatures ont une certaine valeur. Si vous nourrissez les oiseaux non pas pour le plaisir que vous tirez à admirer leurs couleurs et à écouter leurs chants mais, selon la définition de la compassion, parce que vous êtes portés à percevoir ou ressentir leur souffrance et que vous êtes poussés à y remédier, alors vous poser une action de compassion réelle et vous développez alors cette vertu.

Mieux encore, en nourrissant les oiseaux, vous êtes peut-être en train de vous rapprocher de Dieu, car toujours dans l’Évangile selon St-Mathieu nous lisons ceci au verset 6 :26 : « Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. »  Installer des mangeoires et nourrir les oiseaux, c’est donc faire l’œuvre du Père céleste, c’est donc un peu s’identifier avec Dieu.

bird-386725_640Un tel exercice en plus de nous relier à Dieu pourrait servir à nous rappeler quotidiennement les paroles qui précédaient ce verset de la Bible et qui sont : « Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? » (Mathieu 6-25)  Des paroles importantes pour contrer la peur qui nous assaille quotidiennement dans notre univers matérialiste, et pour nous donner plus de foi.

Nourrir les oiseaux du ciel est donc un exercice quotidien significatif qui devrait être bénéfique au développement de notre compassion et à notre croissance spirituelle.

Notre programme d’entraînement quotidien à la compassion doit bien sûr prévoir augmenter la masse des poids levés lors de nos exercices.  Après les poids plumes que sont les oiseaux, il nous faudrait graduellement poser des gestes envers des créatures plus pesantes jusqu’à faire preuve de compassion quotidiennement envers nos semblables les humains. ecureuil ne vous inquietez pas

Comment passer graduellement de la compassion quotidienne envers les oiseaux à celle envers des créatures plus imposantes pour en arriver jusqu’à poser des actes quotidien de bonté envers les humains?   « Ne vous inquiétez pas ».  Si nous souhaitons sincèrement évoluer sur cette voie, les choses viendront d’elles-mêmes… En tout cas, comptez déjà sur les écureuils pour vous faire progresser.


SUGGESTIONS:

Livre Livre Mangeoire
attirer et nourrir oiseaux Nourrir oiseaux artemis Perky pet.png

 

Une réflexion au sujet de « Nourrir les oiseaux : un acte de bonté pour nous élever spirituellement »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s